Demande de formulaire Fatwa

Mauvais captcha
×

Envoyé et sera répondu

×

Désolé, vous ne pouvez pas envoyer plus d'une fatwa par jour.

Les fondements de / Argumenter par les paroles et actes du compagnon…

Argumenter par les paroles et actes du compagnon…

date de publication : 2014-06-04 | Vues : 2617
- Aa +

L'argumentation par les paroles et actes d'Ibn 'Omar. حجية أفعال ابن عمر رضي الله عنه

La louange est à Allah que le salut, la prière et la bénédiction soient sur Son Messager, les proches de celui-ci ainsi que ses compagnons. Argumenter par les propos et actes d'Ibn 'Omar est une ramure du thème plus général qu'est celui de l'argumentation par le dire d'un compagnon. Celui-ci fit l'objet d'études détaillées par les savants du hadith, de jurisprudence et de ses fondements, certains y consacrèrent même des ouvrages indépendants.  En résumé le dire d'un compagnon peut rentrer dans plusieurs catégories: 1- Il va à l'encontre des textes du Coran et de la Sounna. Dans ce cas, il n'est pas une preuve. L'Imam Ach-Chafi'y dit dans Al Oum: " Si on trouve la preuve dans le Livre ou la Sounna, alors il n'y a pas d'excuse pour celui qui la transgresse et il ne lui appartient que de la suivre, si on ne trouve pas on se retournera vers les paroles des compagnons du Messager d'Allah". Cheikh Al Islam dit comme dans son ensemble de fatwas: " Quand la Sounna la contredit (la parole du compagnon)  alors la preuve est dans la Sounna du Prophète -paix et bénédiction d'Allah sur lui- et pas dans l'avis des savants qui la contredisent."    2-La parole du compagnon était célèbre et elle ne fut l'objet d'aucune contradiction par ses congénères, dans ce cas elle est considérée comme preuve par l'ensemble des savants. Cheikh Al Islam dit comme dans son ensemble de Fatwa: " Si elle se répand et que personne ne la contredit alors c'est comme une attestation de cette parole, on peut dire que c'est un consensus approbatif si on sait qu'ils l'ont approuvée et que personne ne la contredit en effet ils n'attesteraient pas d'une chose fausse."   3- Cette parole de compagnon n'est pas célèbre et on ne connait pas d'autre compagnon l'ayant contredit. Dans ce cas, les savants ont divergé en plusieurs avis, le plus correct étant que c'est une preuve comme c'est le choix de la majorité des savants tels les hanafites, les malikites, hanbalites et un des deux avis de Chafi'y.   4- Cette parole de compagnon a été contredite par un autre compagnon, alors aucun des deux dires ne devancent, en soit, l'autre et il n'y a pas de divergence en cela. Ceux qui viennent après eux privilégieront un dire sur un autre selon sa conformité au Coran et à la sounna. Ce que tu as rappelé au cours de la question comme quoi Ibn 'Omar levait ses mains lors des takbirs de la prière du 'Id et de celle sur le mort, cela peut entrer dans le premier et dernier cas. Concernant le premier cas, ceux qui ne voient pas la conformité du lever de mains s'appuient sur le hadith rapporté par Ad-Daraqoutny d'après Abou Hourayra et Ibn 'Abass -qu'Allah les agrée- qui dirent: " Le Messager d'Allah lorsqu'il priait une prière mortuaire, il levait ses mains lors du premier takbir", Ibn 'Abass rajouta: " puis il ne le réitérait pas". Ceux qui voient que le lever de mains à chaque takbir dans ces deux prières est attribuable au Prophète jugèrent de la faiblesse du hadith.   Pour ce qui est de la relation de ce sujet avec le dernier cas, elle est due à la divergence entre les compagnons dans ce sujet, Ibn Mas'oud et Ibn 'Abass voyaient qu'on ne levait pas les mains si ce n'est lors du premier takbir comme le mentionna Ibn Hazm. Il est bon de rappeler à ce sujet qu'Ibn 'Omar -qu'Allah l'agrée- s'est isolé par ses efforts d'interprétations et contredisait, par ceux-ci, les grands compagnons comme le fait de faire pénétrer l'eau dans ses yeux lors des ablutions, d'emprunter les mêmes chemins que ceux du Prophète, de faire ses ablutions en voyage au même endroit où le Prophète les fit, verser l'eau du surplus de ses ablutions au pied du même arbre etc. Tout cela s'inscrit dans le dernier cas. La majorité des savants n'ont pas considérés ces pratiques d'Ibn 'Omar que les grands compagnons, eux même, délaissèrent.    Allah est plus Savant.  

Commentaires (0)

×

Voulez-vous vraiment supprimer les éléments que vous avez visités?

Oui, supprimer